Portrait de créateur : Marine Henrion

Une courte interview avec la Manufacture éphémère pour découvrir une créatrice venue d’un autre monde, Marine Henrion. Une mode épurée, décalée et enivrante évoquant une femme moderne parfois futuriste. Avec sa collection White Spirit, Marine Henrion révèle toute la profondeur des blancs et des matières sublimées par des formes contemporaines…

 

© Photo : Marine Henrion

Votre parcours en quelques mots ?
Après avoir fait un bac général un peu contre mon gré (je sais que je veux faire de la mode et créer ma maison depuis environ mes 9 ans), j’ai passé deux ans à l’Atelier de Sèvres, une prépa d’art, pour apprendre les bases du dessin et développer ma créativité. Ce fut deux années un peu éprouvantes car les arts appliqués (la mode inclue) étaient plutôt mal vus. Ce n’est qu’en arrivant à l’Atelier Chardon-Savard, petite école parisienne de stylisme-modélisme, que j’ai pu enfin toucher du doigt ma véritable passion, la création de mode.

 

De l’envie au changement de vie, comment avez-vous sauté le pas ?
Au sortir de l’école, même si l’envie de créer ma marque était présente, je n’avais pas imaginé melancer ‘aussi tôt’. En réalité, tout s’est fait rapidement après le défilé et le jury de fin d’année, en juin2014. Quelques jours après, j’avais déjà des photographes ou des stylistes photo qui me proposaient de shooter des pièces de ma collection, voire ma collection dans son intégralité, pour ensuite les intégrer àdes éditos afin de les publier dans des magazines. Ensuite, on m’a proposé d’exposer à des after-workset de participer à des marchés de jeunes créateurs. C’est à ce moment là que j’ai pris conscience que je ne pouvais plus agir en tant que simple étudiante, et qu’il fallait que je me mette à mon compte en créant mon entreprise, ma marque. Avec l’aide et le soutient de mes proches, j’ai sauté le pas en décembre dernier et je me suis inscrite à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat en janvier. C’est donc seulement 6 mois après fini mes études que je me suis lancée dans cette aventure qu’est la création d’entreprise.

 

© Photo : Emma Burlet

Quelles sont vos sources d’inspiration ? vos influences ?
Mes sources d’inspirations sont très variées, et viennent rarement de l’univers de la mode en lui-même. Tout peut être une source d’inspiration, du motif d’un coquillage trouvé sur la plage à une musique que j’écouterai en concert. Mais en général, c’est surtout l’architecture et la nature qui me touchent le plus. Pour la collection White Spirit, j’ai été très influencée par les années 60/70, autant dans l’architecture, le design, la culture et la mode. Tous ont un point commun : à eux seuls, ils représentent une époque où l’émancipation et la création étaient les mots d’ordre d’une philosophie de vie. J’ai toujours été fascinée par cette liberté d’expression que l’on retrouvait absolument partout ! De ce fait, ils avaient une idée du futur bien plus positive que celle de mon époque : un futur certes aseptisé et épuré, mais joyeux et heureux, à mille lieux du futur de Brazil ou du 5ème Elément. Pour l’architecture et le design, c’est leur originalité et leur singularité, très propre aux années Space Age, qui m’a inspirée pour créer les différentes matières de mes vêtements.

 

De l’idée à l’oeuvre, comment se concrétise une création ?
En général, une idée commence toujours par un croquis, que ce soit un motif ou un vêtement. Si le croquis correspond bien à mon idée d’origine, je le peaufine et le décline afin d’arriver à quelque chose qui me plait vraiment. Ensuite, je fais des test et des prototypes ‘en vrai’, dans le vêtement on appelle ça des toiles. C’est le premier jet qui nous permet de voir si on a bien réussi à passer du dessin à la réalité, mais aussi de voir si le vêtement ‘tombe bien’. Si tout est ok, on passe à la partie technique, c’est à dire au patronage, qui consiste à passer de la 3D (la toile) à la 2D (le patron à plat). Si on on a le temps, on refait une toile pour être sûr que le vêtement est prêt à être réalisé dans le tissu que l’on a choisi. Il suffit ensuite de découper les patrons et d’assembler le tout. Et nous voilà avec une nouvelle création !

 
Crédit photo : Nima Marin

© Photo : Marine Henrion

Avez-vous déjà participé à un marché de créateurs ou une boutique éphémère ?

Comme je l’ai dit précédemment, on m’a très vite proposé de participer à ce genre d’événements, dans des lieu très variés. Au début, c’était plus des after-works où j’exposais une partie de ma collection ainsi que les photos, publications magazine et mon lookbook. Mais ce n’était pas des marchés de jeunes créateurs à proprement parler car je ne vendais pas, je ne faisais que montrer mes créations. Ce n’est que récemment que j’ai participé à de vrais market-place, grâce au collectif Soixante-Dix. Fin juin, j’ai exposé pendant 3 jours lors du week-end de la fête de la musique dans un loft, rue du Vertbois, dans le Haut-Marais. Et mi-juillet, j’ai participé à une vente éphémère de 72 heures dans la même rue avec le collectif Hop-Shop, qui a pour but de redynamiser le quartier en proposant à jeunes talents d’exposer et de vendre leurs créations.

L’actualité de Marine Henrion, c’est l’ouverture d’une e-boutique dans le courant du mois d’aout et la diffusion de sa ligne chez The Cool Republic.

 
Pour découvrir Marine Henrion… www.marinehenrion.com | Facebookla Manufacture éphémère

Nouveau créateur ?

Ajouter votre présentation

Evénements

« novembre 2017 » loading...
L M M J V S D
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
1
2
3

Sestian Nature et Senteurs chez Aix’Potentiels

4 février 2017 - 31 mars 2018

Pop Up Store à Paris 20ème

1 octobre - 31 décembre

Planète des Créateurs

2 octobre - 31 décembre

Newsletter

Inscrivez-vous !